Le nom "Bourggraff"

Burgrave/Burggraf

(de l'allemandBurggraf, comte du château ou comte palatin) est le nom donné en Allemagne pendant le Moyen Âge au commandement militaire d'une ville ou place forte lorsqu'il exerçait en même temps sur les bourgeois le droit de juridiction. Il y avait quatre burgraviats héréditaires dans le Saint-Empire : le burgraviat d'Anvers,

le burgraviat de Magdebourg,

Quelques familles nobles d'Allemagne ont conservé le titre de burgraves, sans qu'il s'y attache aucune possession territoriale : ce titre donnait néanmoins à son titulaire le rang de prince d'Empire (Reichsfürst). Dans un contexte flamand, ce mot est synonyme de vicomte, voire parfois de châtelain (dans le sens d'auxiliaire du comte chargé de tenir une ville ou place forte).

Les châtelains

sont des administrateurs féodaux territoriaux, chargés de faire prévaloir les prérogatives du monarque (droits banaux) sur celles des autres catégories, nobles et gens d'Église. La châtellenie est donc une évolution de l'organisation féodale vers une organisation homogène pré-étatique. Apparus au XIIe siècle, ils virent leurs attributions renforcées. Ils sont les agents du pouvoir dans le ressort de leur territoire, la châtellenie ou mandement comprenant généralement une demi-douzaine de paroisses. Ils résident dans les châteaux du monarque ou dans les nouvelles forteresses acquises ou construites. Il est parfois le seigneur banal (local) laissé dans sa demeure après avoir vendu son fief au monarque, ou lui avoir fait hommage. Il est le plus souvent un vassal nommé par le souverain et changeant de siège au bout de quelques années. Cet office a souvent été occupé par les cadets des grandes familles ou bien par la petite noblesse locale.

Le châtelain est « l'homme à tout faire » de l'administration féodale. Cet officier, comtal ou princier, est nommé et rémunéré. Sa charge est révocable et déplaçable. Il exerce l’ensemble des droits par délégation, militaire et judiciaire.

Droits militaires : Sa fonction première est d’être le gardien du château, il veille à l'entretien de la place-forte, conserve les armes et commande la petite garnison.

  • Droits économiques : Il surveille l'exploitation des terres privées du monarque et en recueille les produits : céréales, vin, bétail qu'il entrepose avant de les vendre à des particuliers ou de les livrer au souverain. Il perçoit aussi le montant des diverses locations. Il perçoit les taxes des péages sur les ponts et certaines routes, ainsi que les amendes. Il tient la comptabilité et doit présenter régulièrement ses comptes; les comptes de châtellenie, sur des rouleaux de feuilles de parchemin, cousues bout à bout.
  • Droits judiciaires : Il exerce au nom du souverain la « basse justice » réprimant les infractions mineures, le plus souvent d'amendes mais aussi de quelques jours de prison.

Le châtelain dispose d'agents subalternes : « vice-châtelain », « lieutenant », « métral » chargé d'une métralie, subdivision de la châtellenie et le « curial », chargé des attributions fiscales et faisant rentrer le produit des amendes et des revenus.

Les châtellenies sont regroupées en bailliages ou « provinces », dirigés par un bailli qui est chargé de superviser l'action des châtelains et de convoquer en cas de besoin le « ban », contingent de soldats fourni par les vassaux et en cas de nécessité la réserve de l'arrière-ban.

Un vicomte était :

  • soit un officier de judicature du duc ou du comte, pour le gouvernement d'une ville1 ou d'une province (chefs-lieux d'un pagus) secondaire, ou pour l'administration de la justice2,
  • soit le seigneur d'une terre titrée « vicomté ».

Ils s'affranchirent de l'autorité comtale au Xe siècle (Narbonne, Nîmes, Albi) et devinrent de hauts barons au XIe siècle (Melun, Bourges, Thouars). On utilise le terme "vicomtesse" pour une femme.

Dans les pays flamands, le titre sert de traduction à celui de burggraf.

Cet article est une ébauche concernant le domaine militaire et le Moyen Âge.

Wikipédia L´encyclopédie libre

 

 

Imprimer E-mail